Rose bonbon vs noir ou Apologie de la satire

Publié le par Ma Cocotte





Apologie de la satire, de la caricature et du politiquement incorrect.

 

Un mini-scandale s’est produit dans la blogosphère, un buzz qui n’a fait de bruit que dans un certain cercle. Il concerne deux blogs, les chroniques de Sonia, histoires extraordinaires d’une vie ordinaire, élue Miss Blog 2008, sous-titre : Les pintades, gourdasses et glossées et Epidemik, le blog qui tue.

 

Je n’écris pas cet article pour alimenter la polémique. Je l’écris pour partager avec vous quelques réflexions générées par cet incident.

A la fin de cet article, vous trouverez une description sommaire du contenu de ces deux blogs. A les lire, vous comprendrez qu’ils sont diamétralement opposés.

 

Le blog de Sonia est un blog de fille qui se veut léger, drôle et sans prétention, voire même, par son sous-titre, prônant l’auto-dérision. Il est plein de bons sentiments et de tendresse.

 

Le blog Epidemik est tout le contraire : écrit souvent au vitriol, caricatural, satirique et politiquement incorrect.

 

Je tiens à préciser que je ne suis pas intégriste, ni extrémiste. J’aime certains blogs de filles comme Lascivement : Avec des vrais morceaux de fille dedans : le blüg de Pam  qui fait partie de la communauté que je gère sur Overblog : Chroniques du Temps Présent  (vous apprécierez le talent pour me faire de la pub gratis ^^).

 

Les blogs de filles, dans la blogosphère, ont leur place, leur public et leurs fans. Nul ne s’y oppose, surtout pas moi.

 

Mais revenons à cet incident. Je vous le décris brièvement pour que vous compreniez le pourquoi du comment.

Sur Epidemik, une rubrique particulièrement satirique est proposée : Voicik. Rien qu’à lire le titre, vous comprendrez l’esprit des articles qui y sont proposés. Le site ayant pour ligne éditoriale de combattre les blogs bien-pensant, politiquement heureux où quasiment tout le monde est beau et gentil, vous devinez de suite que les principales cibles seront des blogs de filles.

Pas seulement. La chronique Voicik s’en prend aussi aux propres auteurs et participants du blog Epidemik.

Les cibles (et non les victimes) réagissent de façon plus ou moins diverses. Les blogs sont caricaturés, analysés de façon satirique et les articles écrits bien souvent à l’acide nitrique.

Encore une fois, le style, la ligne éditoriale et l’ensemble du site ne laissent place à aucun doute : c’est bien une tendance actuelle de la blogosphère à dégouliner de bons sentiments qui est en cause, pas les auteurs des blogs.

Certaines cibles s’amusent de ces articles, d’autres pas.

 

L’auteur du blog « Les Chroniques de Sonia » a très mal pris le contenu de l’article et les commentaires en découlant. Elle a réagi sur son propre blog. Les commentaires, des deux côtés, sont à peu près du même tonneau quant à leur gentillesse ^^.

 

La différence, à mon sens, est la suivante :

Epidemik, blog satirique et politiquement incorrect, affiche aux yeux de tous son parti pris. Epidemik n’est pas un blog « gentil ». Au contraire, le blog de Sonia est un blog « gentil ».

 

Alors, est-ce que cela veut dire que celles et ceux qui écrivent sur Epidemik sont tous des vilains gros méchants sans cœur, haineux, frustrés, des homosexuelles refoulées (sic) ou pire, embrouillées dans leur sexualité ? Et ceux qui écrivent chez Sonia des tout gentils au grand cœur, équilibrés et sains d’esprit ?

 

Est-ce qu’un blog est le miroir, l’alter ego de celle ou de celui qui l’écrit ?

 

Non.

 

Voyez-vous, je ne crois pas une seconde que l’on puisse réduire l’auteur Sonia au contenu de son blog. Elle est bien plus que cela. Elle est un être humain à mille facettes. Parfois, j’en suis persuadée, elle peut même être méchante, comme tout le monde, parce qu’elle n’est pas une sainte. Les écrits qu’elle offre au public, et dès lors, elle devrait accepter le fait que certaines personnes puissent réagir négativement en les lisant, ces écrits nous proposent une image d’elle, mais attention, une image qu’elle construit, consciemment ou pas.

 

A contrario, le site Epidemik, tant par sa ligne éditoriale clairement expliquée, tant par les pseudos choisis par leurs créatrices, tant par les titres des rubriques, tant par le style, le vocabulaire, etc., le site Epidemik se positionne dans la satire, le politiquement incorrect, le pas beau et méchant.

 

Pourtant, au fil des pages, vous pourrez trouver des états d’âme attendrissants, des poèmes, des critiques de livres, d’expos, de musique…

 

Mille facettes.

 

Mais où veux-tu en venir ? J’y arrive.

 

Aujourd’hui, de plus en plus, le monde s’uniformise. Pensée unique, culture unique, bouffe unique, mondialisation à tous les étages. Bien sûr, cela concerne principalement les états dits « développés » voire riches par rapport à d’autres.

 

Faut être propre, gentil, poli et bien entrer dans le moule sinon tu ne trouveras pas de boulot, sinon tu ne seras pas aimé, sinon tu resteras tout seul, sinon tu ne seras pas accepté dans la société.

 

La contestation est difficile. Etre contre devient une tare, un défaut. Dans une société où le mot « intellectuel » est devenu une insulte et le mot « idée » un gros mot, il est de mauvais ton de ne pas être dans le bon ton.

 

Charlie Hebdo, Hara Kiri, Polak, le Canard Enchaîné, réveillez-vous !!! Ils sont devenus fous !!!!

 

Epidemik n’a pas vocation à faire du mal aux personnes qui écrivent les textes. Epidemik caricature la représentation du monde que l’auteur donne aux yeux de la sphère publique via ses textes : un monde gentil, beau et futile.

 

Si j’aime Epidemik, c’est que ce site répond à certaines de mes attentes en la matière. J’aime le politiquement incorrect. J’aime m’insurger, me révolter, ironiser, caricaturer les tendances de bisounours de certains blogs. J’en ai parfois assez du rose bonbon.

 

Je ne suis pas une femme rose bonbon, je suis une femme sombre.

 

Pourtant, me diras-tu, ton blog ne reflète pas que cela. Tes poèmes d’amour, tes déclarations d’amour… ? Rose bonbon, non ?

 

Eh oui, je suis un être humain aux mille facettes, comme toi. Dans ce blog, tu penses apprendre à me connaître mais ce n’est qu’une représentation construite de quelques facettes de moi que je te donne ici.

J’écris le Blog de Ma Cocotte pour certaines raisons et je participe au blog Epidemik pour d’autres. C’est l’apanage de la diversité. Je revendique le droit à cette diversité et cette différence. Je ne veux pas être enfermée dans des clichés et des poncifs. Je revendique les deux haut et fort !!!

 

Ce serait si simple si le monde se réduisait aux bons d’un côté (les blogs roses de filles) et aux méchants de l’autre (les blogs sombres de satire).

Cette vision-là ne me plaît pas.

Je pense qu’en nous tous sommeille un bourreau et que les circonstances peuvent, à tout moment,  l’éveiller tout à fait.

En ce qui concerne l’incident Epidemik vs Sonia, il n’y a pas eu de bourreau.

 

Il n’y a eu qu’une satire, une caricature.

 

Mais qui de nos jours connaît encore le sens de ces mots ?

 

SATIRE n.f. (latin satira, farce).

Pièce de vers dans laquelle l’auteur attaque les vices et les ridicules de son temps.

- Par extension. Pamphlet, discours, écrit, dessin qui s’attaque aux mœurs publiques ou privées, ou qui tourne quelqu’un ou quelque chose en ridicule. Ce blog est une satire du monde de la blogosphère.

 

CARICATURE n.f. (italien caricatura, du latin caricare, charger)

1. Dessin, peinture, etc., donnant de quelqu’un, de quelque chose une image déformée de façon significative, outrée, burlesque.

2. Description comique ou satirique d’une personne, d’une société ; satire.

3. Représentation infidèle d’une réalité.

4. Personne laide, ridicule.

 

 

Site : Les chroniques de Sonia, histoires extraordinaires d’une vie ordinaire, élue Miss Blog 2008. Sous-titre : Les pintades, gourdasses et glossées.

Auteur : Sonia.

Rubriques : Cousin Mimine, cet être d'une autre dimension / Drames du Voisinage / Le Club des Pintades-Gourdasses / Le coin de Vanja... / LES CONSEILS BEAUTE DE SOSO ! / Les Gens que je vends... / L'HISTOIRE CREEE PAR MES MALADES DE LECTEURS / Moi, ma vie, mon oeuvre et mes z'amis / Soso Boulette

Ligne éditoriale : pas de ligne éditoriale présentant le blog et son objectif.

 

Site Epidemik, le blog qui tue.
Auteurs : anonyme, bigbend, cholera, collectif, fievres, la gale, la peste, parasite exterieur, verole

Rubriques : acouphènes / acouphènes selec / bouffées délirantes / Boukinerie / camisole de force / culture anti-oxydante / David R / Le bal perdu / Enculik / epidemik / epipolaroik / hormones en folie / mise en quarantaine / playlists / soins palliatifs / trauma / un monde de malades / Voicik / welcome.

 

Voicik : parodie de journal people à scandales. Une dizaine de numéros, tant sur des blogs de filles que sur les propres participants au site Epidemik.

 

Ligne éditoriale.

« Puis arriva le Fléau. Plus sombre que le côté Obscur de la Force, plus pernicieux que la grippe espagnole, plus délétère qu’une mycose vaginale et plus sournois qu’une blenno chopée dans un clandé, le Ouèbe fut attaqué, submergé et pris d’assaut par un virus inconnu : les blogs de filles.

Un grand voile rose pâle recouvrit alors le Ouèbe et cacha la Lumière aux yeux des femmes. Les blogs de fille instaurèrent le règne de la Terreur : partout ce n’était que guirlandes pailletées, fonds de velours et roses entrelacées. Les blogs de filles, suivis de près par les blogs de mères, mutation du virus initial bien plus dangereuse encore, envahirent la Toile de leurs oestrogènes délavés et jetèrent à la face du monde ébahi le versant le plus pitoyable de la féminité. » (…)

« Déterminées, puissantes, vengeresses et sans limites, les nouveaux Fléaux du Ouèbe, qui s’étaient donné pour mission de sauver l’humanité connectée du carcan des oestrogènes mielleux, firent leur apparition et sauvèrent la Toile féminine. Contagieuses, se propageant à une vitesse assassine (le taux de mortalité avoisine les 100 % !), les plaies du Ouèbe vinrent porter leur message au monde virtuel. Ces virus d’un nouveau genre, animées par la même noblesse, unirent leurs pouvoirs et formèrent une puissance nouvelle : Epidemik. La Vérole, la Gale, La Peste et le Choléra sont ces nouveaux virus. Elles vous contaminent, vous infectent et vous terrassent. Elles se glissent dans votre esprit, et vous transmettent leurs miasmes ! Mort aux fleufleurs ! Mort à la girlytude ringarde ! Mort au rose pâle ! A bas la magie de Noël dans les blogs des Mères ! »

 

 

 

Publié dans Epidemik Chronik

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

millie jolie 21/05/2008 21:29

j'aime beaucoup ce bilet... t'es forte ma poule...

Ma Cocotte 21/05/2008 21:31


merci, millie ;)


Ovidette 21/05/2008 15:29

Bon, ben globalement on est d'accord, alors...!J'ai bien compris que tu te mettais au-dessus de la polémique, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai laissé un commentaire...Puis ne te tracasses pas, je ne suis pas offensée par le ton, puisque je n'ai rien lu d'offensant et que je ne suis pas du tout susceptible...

Ma Cocotte 21/05/2008 15:31


ouf :D

bin tu coup, je me sens mieux.

Ca me va ;)

à plus :)


Ovidette 21/05/2008 14:07

Suis-je une gentille, gentille? Pas toujours... Suis-je dès lors une méchante, méchante? Ca arrive...1.000 facettes quoi... comme tu dis, et comme tout le monde... Heureusement, j'ai envie de dire, parce que si tout le monde était pareil, on se ferait vachement chier sur cette terre, me semble-t-il.Bref, je te laisse ce commentaire, car même si je suis tout à fait d'accord pour déplorer l'uniformisation du monde occidental et le lissage des opinions qui en découle, je reste interloquée face à ceci:"Faut être propre, gentil, poli" (je ne dis rien sur le "bien entrer dans le moule", car pour ça je suis d'accord, c'est un peu con).Euh... ben oui... alors que je trouvais ton analyse très au fait, ces quelques mots tombent comme un cheveu dans la soupe. Etre contestataire oui, mais dans le respect de l'autre, quand même! La violence (si on élève le débat dans une sphère plus générale que la blogo) et la méchanceté gratuite ne sont pas des arguments très percutants! (de façon générale, hein, je n'entre pas dans la polémique qui t'a donné l'idée d'écrire ce post et ne fais donc aucune allusion mesquine!). Je veux dire par là que si on veut être contestataire, il faut être constructif et intelligent, au sinon, effectivement on ne sera pas entendu: le respect engendre le respect.Non, je ne suis pas convaincue d'une quelconque bonté intrinsèque de l'être humain, c'est justement pour ça que la loi du plus fort ou de la plus grande gueule ne doit pas régner. Alors oui, selon moi, pour être un contestataire, le mieux c'est de rester poli et même propre et gentil, tant qu'à faire.Donc oui à la caricature et à la satire qui ont été depuis toujours des moyens de contester et de faire pression, oui aussi au politiquement incorrect, mais franchement non à la méchanceté gratuite et malsaine: ça n'apporte rien de bien ni humainement ni intellectuellement. Et enfin, pour moi, être de mauvais ton, incisif ou caustique, ne veut pas dire être impoli (ou agressif, d'ailleurs).

Ma Cocotte 21/05/2008 14:43


Bonjour et bienvenue, Ovidette.

"Faut être propre, gentil, poli" = Article
sur la caricature, j'accuse bien sûr le trait.
Heureusement, l'expression que tu exprimes sur l'article ne s'arrête pas à ces 5 mots.

J'aurais pu écrire, "si tu n'es pas un béni-oui-oui" ou rappeler le célèbre "Affreux, sale et méchant" ou était-ce "Affreux, bête et méchant ?"

Comme quoi je devrai à l'avenir mieux expliciter mes références.

Pour le reste, à moins que je ne me sois vraiment si mal exprimée, je n'entre pas non plus dans la polémique qui m'a menée à ces réflexions.
Tu as remarqué sans doute que j'ai reconnu le droit légitime aux deux blogs d'exister.

Ici je défends la caricature et la satire. Le droit à la différence et jusqu'au droit à la colère s'il le fallait.

Je n'aborde en aucun cas les moyens d'exercer cette caricature ou cette satire.

Je ne répondrai donc pas à toute la partie sur la violence, la méchanceté gratuite car je n'ai pas abordé ce sujet dans mon article et cela sciemment, afin de ne pas susciter une autre
polémique.
Dans cet article, mon objectif était de parler du FONDS et non de la FORME.
Je te remercie pour ton intervention et j'espère que tu n'hésiteras pas à revenir.

PS : j'édite pour le Post scriptum.
Si j'emploie ce style un peu euh... "cul-serré" c'est que le sujet est très "hot". Je ne souhaite vraiment pas continuer la polémique, mais vraiment bien parler du fonds, la satire et la
caricature, n'y vois pas offense. C'est pour ça que j'essaie de rester calme, ce qui peut donner un effet "guindé".
d'accord ?

PS 2 : argh...

Euh... je réalise un truc, là. Un truc que j'ai oublié de dire. Ecrire ça :
"Faut être propre, gentil, poli et bien entrer dans le moule sinon tu ne trouveras pas de boulot, sinon tu ne seras pas
aimé, sinon tu resteras tout seul, sinon tu ne seras pas accepté dans la société. "
Ca ne veut pas dire qu'on doit être sale, méchant et impoli... c'est plus l'expression de de ce que je ressens dans les discours véhiculés dans notre société actuelle. Il faut prendre la
phrase en entier et intégré dans le texte.
Bon, j'espère qu'une autre lecture ne me fera pas à nouveau réagir.
Je n'ai PAS fait l'apologie de la violence quand même... !!!