Nuit Rouge

Publié le par Ma Cocotte

 

nuit rouge

 

Rouge. La couleur de l'éveil est rouge. Elle s'insinue dans la nuit noire de mon sommeil. Sa brûlure me ronge le cerveau. Rouge, la couleur de ma peur. Éveil. Tout est calme. Juste mon souffle et les saccades de mon cœur en écho à ta respiration profonde.


Peur mais rassurée puisque vivante. Le bras gauche engourdi, lourd, gênant. Je me tourne, tourne encore. Je ne veux plus dormir. Il me faut trouver la bonne place. Je t'écoute dormir. Je pose ma main sur ton dos, doucement, ne pas te réveiller. Juste sentir la vie irradier de toi. Prendre de cette vie pour conjurer la peur.


J'entame en silence ma litanie de conjuration spéciale de la peur. Y a pas de raison que ça recommence. La foudre ne frappe pas deux fois au même endroit. Tu es suivie par des spécialistes. Tu avales bien tous tes bonbons gélifiés. Y a pas de raison.


Puis la liste des promesses auto-rassurantes. Ouais demain je fais du sport. Demain je mange équilibré. Demain, demain. Demain j'arrête de fumer.


Je souris dans le noir. Mes litanies secrètes n'ont qu'un seul but : faire diversion, m'emporter sur le chemin de la divagation. Le vélo d'appartement est là, au pied du lit et je le déteste. Je préfère mille fois que tu m'emmènes sur le 600, en balade, toi et moi face au monde entier. Sentir ton corps et le vent, la vitesse.

 

Vivre. Voir les bancs de brume au creux des vallées, au petit jour. Tenter sans succès de compter les arbres des forêts. Rire au nez des vaches qui n'ont pas le temps de nous voir passer et presque cueillir les marguerites dans les fossés.


Vivre. Partager nos bagarres factices. Combattre pour de faux, ne jamais lâcher prise et finir dans un grand éclat de rire, vaincue d'avance. Batailler par les mots, parfois sérieux, parfois non.


Vivre. Te laisser choisir le son, regarder les volutes de fumée envahir la pièce, écouter, partager, danser et sourire, toi et moi. S'envoler dans la musique vers d'autres réalités.


Vivre. Nos mains qui se rejoignent sans préméditation. Les petites attentions quotidiennes comme des mots d'amour silencieux.


Vivre. Parler, partager les idées et les mots. Confrontation, échange. Refaire ce monde et se dire que c'est sûr, on partira à l'aventure pour de vrai, toi et moi, le van et le chien, jusqu'au bout du monde.


Vivre. Nous deux au creux des vagues, la mer, l'attente du poisson, les sourires d'enfant quand le premier maquereau mord à l'hameçon. Le silence du bonheur, juste bercés par les vagues. L'immensité nous plait. La mer. Le silence. Ta chaleur près de moi.


Je m'endors.

 

 

 

Illustration sur le blog de Corto Santi, un blog qui propose poèmes, photographies (magnifiques) et textes. Passez le découvrir, c'est excellent.

Publié dans Ma Cocotte

Commenter cet article

LAzZa 06/11/2010 11:02



Très belle plume et magnifique ôde à la vie.


Choix difficile que de ne penser plus qu'à ce qui fait son bonheur, difficile d'oublier ce qui agite le Monde, les combats à mener pour une société plus juste... Et pourtant, la force de
combattre se puise dans le bien être que nous offre la vie. Tout est une histoire d'équilibre, de relativité. Et c'est quand on est touché au plus profond de soi que l'on peut trouver ses
priorités. L'amour est la première.


Très belle plume et magnifique ôde à la vie.


 



Ma Cocotte 10/11/2010 20:16



"La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie..."



Nat72 22/10/2010 16:14



tu écris bien...ça doit se promener dans nos gènes car j’ai la même à la maison....j’ai parcouru ton blog et lu tes nouvelles et autres textes. Bravo ! j’aime beaucoup. Dans ce texte sur ta peur
de la nuit, je ressens bien ton angoisse, elle traverse tes mots. Ce qui est rassurant est que tu n’es plus seule dans la nuit maintenant...



Ma Cocotte 22/10/2010 16:23



Damned... I am demasqued


Ravie que ça te plaise et je plussoie, Elle a une très belle plume. J'espère qu'elle sera la génération du talent