Japon. Oubliez vos peurs et aidez-les

Publié le par Ma Cocotte

 donjapon

  

 

 

Nos propres peurs nous font souvent oublier l'essentiel. En l'occurrence, cette peur commune de l'accident nucléaire nous fait oublier que des milliers d'êtres humains, au Japon, survivent dans des conditions plus que précaires.

Les unes de nos journaux, papier ou télévisés, ne parlent que de ça, l'éventuelle catastrophe nucléaire. C'est important et vital, bien sûr. C'est d'autant plus injuste et cruel que ce peuple a déjà subi Iroshima.

En France, la classe politique récupère. Normal, me direz-vous, normal, c'est leur job. Mais quelle indécence. J'entends le nombre de morts éventuels. J'apprends toutes les conséquences de l'absorption des sievert. À partir de quelle dose les gens mourront. Comme si je ne le savais pas. Je me dis que les Japonais, pendant les heures où l'électricité fonctionne, ont accès à l'Internet. Ils lisent, écoutent ce que nous lisons et écoutons. Ils se demandent pourquoi leur gouvernement ne leur dit pas tout cela aussi... leur dire quoi ? Que le risque qu'ils meurent en très grand nombre est réel ? Quelles seraient les conséquences ? Que ferais-je à leur place ? Quitte à mourir, je voudrais profiter au maximum de mes derniers temps de liberté. Cela pourrait engendrer de nouvelles difficultés, des débordements, de la panique.

 

On appelle au référendum sur le nucléaire en France. On éteint certains vieux réacteurs ici ou là dans d'autres pays. On contrôle. On parle. On parle encore et encore.

 

Mais les Japonais réfugiés, sinistrés ?

Ils sont toujours vivants. Parmi eux, des enfants devenus orphelins. Je ne dis pas que le Japon ne fait rien pour ses propres enfants, je pense que la situation est tellement catastrophique qu'ils ne peuvent pas se battre sur tous les fronts.

Ici, nous sommes plutôt bien, finalement, non ? Tous mes problèmes n'ont pas disparus mais ils s'atténuent au regard de ce que peuvent vivre les Japonais.

 

Que fait-on pour eux ?

Ils ne sont montrés dans nos médias que dans le cadre des dosages de radioactivité. J'imagine la terreur de ce petit enfant, dans ce gymnase, face à ces adultes recouverts de combinaisons intégrales quand eux n'ont au mieux qu'un petit masque facial.

 

Alors cessez d'avoir peur pour vous, ici et maintenant et donnez pour aider.

Vous avez le choix, je ne vous conseillerez rien, vous les connaissez, ces associations humanitaires.

Elles ne font pas la une des journaux mais ces réfugiés ont besoin d'aide et vu l'état du Japon aujourd'hui, ça devient urgent.

Oubliez vos propres peurs et pensez à eux.

Publié dans Vu - lu - entendu...

Commenter cet article