Saints et dictons du 18 juin

Publié le par Ma Cocotte

« Le paresseux fait toujours Quatorze lieues en quinze jours. » (Proverbe normand.)


Léonce
de Tripoli (lat. Leontius), Saint, soldat martyr à Tripoli en Afrique († 4e s.).

Soldat phénicien en garnison à Tripoli au Liban, il fut inculpé du crime de prosélytisme car il ne craignait pas de prêcher l'Évangile par la parole et par l'exemple, ce qui lui valut d'être décapité après d'affreuses tortures dont celle d'être pendu la tête en bas, avec une lourde pierre attachée au cou, qui l'étouffe lentement. Son culte devint rapidement populaire dans L'église syrienne qui était la sienne.


« Mauvais temps à la Saint Léonce, peu de fruit beaucoup de ronces. »

« Pluie de la sainte Léonce, de l'eau jusqu'en haut. »

« Pluie de Saint Léonce Pour trente jours s'annonce. »


Marine
(lat. Marinua), Sainte, vierge et martyr à Alexandrie, sainte légendaire († 750).

 

C'est une belle histoire que celle de Marine de Bythinie, surnommée la Déguisée, qu'on nomme aussi saint Marin. Son père l'aimait, Mais il aimait plus encore Dieu. Il se fit religieux. Bientôt, il souffrit de l'absence de sa fille qui n'avait alors que 17 ans. Il obtint du Père Abbé de faire venir son « garçon » au monastère. Il alla chercher sa fille, lui coupa les cheveux, l'habilla en garçon et l'appela Marin. Les années passèrent et le père mourut. « Marin » fut, un jour, accusé d'avoir séduit la fille d'un hôtelier voisin qui attendait un enfant, né en réalité d'une nuit avec un soldat. « Marin » recueillit l'enfant mais dut vivre hors du monastère. 5 ans plus tard, « il » fut réintégré, à la demande des frères touchés de compassion devant la patience de « frère Marin » exposé au mépris des passants et devant son esprit de prière et de pénitence. Le Père abbé lui imposa de balayer seul le monastère et de les servir. « Marin » accepta cette austérité et s'en acquitta avec courage. C'était au-dessus de ses forces et « il » succomba après quelques jours de maladie. C'est au moment de l'ensevelissement qu'on découvrit la sainteté de la « sœur » qui avait vécu ainsi comme frère dans le monastère. Une belle histoire qui se transmit quand ses reliques furent transportées de Constantinople à Venise puis de Venise à Paris, où on éleva une église en son honneur. On fête aussi les Marina.

Invoquée (comme sainte Marguerite) pour obtenir des accouchements heureux et sans problèmes.


«
Pluie à la sainte Marina, le beau temps n'arrêtera. »


Amand
de Bordeaux (lat. Amandus), Saint, 3e évêque de Bordeaux († 431).

 3e évêque de Bordeaux, il se consacra à l'évangélisation de son diocèse et eut la joie de convertir celui qui devint saint Paulin de Nole et qui lui en garda toujours une grande reconnaissance. Amanda, prénom fêté avec Amand.

Représenté en habit pontifical.


« A la Saint Amand, sont mûrs les glands. »


Elisabeth
de Schönau, Sainte, moniale, visionnaire allemande (v. 1129 - † 1164).

Moniale, elle s'efforça d'être aussi fidèle à sa vocation de prière que sa santé fragile le lui permettait. Elle était liée d'amitié avec sainte Hildegarde qui venait la visiter. On lui attribue à tort une vie légendaire de sainte Ursule. Par contre il existe 15 lettres authentiques, dont une à sainte Hildegarde. Elle y parle des extases dont Dieu lui fait la grâce.

Représentée en habit de moniale.


Ethère
, Saint († 4e s.).

Ses bourreaux lui passèrent des torches sur tout le corps, l'accrochèrent par les narines et enfin le décapitèrent. Les ménologes slaves disent que cela se passait à Nicomédie.


Grégoire Barbarigo
, Saint, évêque, cardinal, confesseur (Venise, 1625 - † Padoue, 1697).

Né dans une illustre famille de Venise, il devient diplomate et, à ce titre, participe au traité de Westphalie. Il a 23 ans. Il quitte cette carrière pour devenir prêtre, Mais il la retrouve en étant nommé nonce à Munster. Cependant, il préfère le ministère pastoral quand il revient à Bergame comme évêque, puis à Padoue. Il fut nommé évêque après son attitude exemplaire pendant la peste de Rome en 1656. Tout cardinal qu'il était, il prêche et enseigne le catéchisme aux enfants. Il fonde également un séminaire avec une chaire de langues orientales et une imprimerie polyglotte. Pour lui, il vit très pauvrement, réservant son patrimoine et ses revenus aux pauvres ou à l'équipement pastoral de son diocèse. Il recherche l'union avec l'Église d'Orient et le dialogue avec les juifs et les non-chrétiens.

Représenté en costume pontifical.


Marc et Marcellien
ou Marcellianus, Saints, martyrs, personnages qui apparaissent dans la légende de Saint Sébastien († 286).

Frères jumeaux d'une célèbre famille romaine convertis dans leur jeunesse. Quand Dioclétien devint empereur en 284, les persécutions augmentèrent et les frères furent jetés en prison pour être décapités. Leurs parents et leur famille les supplièrent d'adorer les dieux Mais saint Sébastien, un officier de l'empereur, les encourageait dans leur foi. Les familles, les amis et le juge furent convertis par leur courage et les saints remis en liberté. Trahis, ils furent repris et re-emprisonnés, cloués à deux piliers, au bout d'un jour et d'une nuit, ils furent transpercés par des lances. Leur tombe fut trouvée en 1782 à Rome avec celle de leur père saint Tranquillin, dans l'église de saints Come et Damien, près de la tombe du pape martyr Felix II. Ils sont spécialement honorés en Espagne où la ville de Badajoz échappa à la destruction par leur intercession.


En 1756, on fête les saints Marc & Marcellien.

Publié dans Saints - dictons

Commenter cet article