Parce que c'est important

Publié le par Ma Cocotte

Je relaie ici un article paru sur Epidemik, parce que cela me tient à coeur.


rubon51.gif

Paris, le 2 octobre 2008

Chacun le sait, la course au chiffre ne connaît aucun répit. Toutes les forces vives du gouvernement y sont mobilisées sans relâche. Et si cela ne suffit pas pour atteindre les objectifs fixés par le Ministre, on rafle à l’aéroport ceux que l’on “soupçonne” d’avoir falsifié leurs papiers, même si la Préfecture prouve la bonne foi du récalcitrant. C’est toujours ça de gagné !

Yaya-Roy Dosso, prisonnier depuis mardi au ZAPI de Orly, peut en faire l’amer constat. Le Zapi, c’est une zone de non-droit, pardon, une zone d’attente pour les personnes en attente de “refoulement”, qui ont eu la folle idée de vouloir venir en France. Pire qu’un centre de rétention, et sous le contrôle de la Police de l’Air et des Frontières.

Yaya qui a eu son diplôme en France, qui a travaillé cet été à l’hôpital, rentrait de courtes vacances en Côte d’Ivoire, passeport et titre de séjour en main, pour rejoindre à Paris sa vie, son travail, son amie française et leur bébé né au mois d’août. Sa mère, ses frères et sœurs l’attendaient également. Toute sa famille est ici. Tous ont leurs papiers.

Pas de chance pour lui ! Son passeport, prolongé en 2008, semble “avoir subi une modification non réglementaire”, et cela suffit à la PAF pour lui confisquer tous ses papiers (titre de séjour, carte vitale) et le renvoyer illico presto par le premier vol…

Ni les preuves fournies par la Préfecture de Paris, ni le soutien apporté dans l’urgence à ce jeune parisien par plusieurs parlementaires n’ont infléchi l’implacable décision de la PAF.

Yaya-Roy a refusé deux tentatives d’embarquement en moins de 24 heures, hier soir et ce matin. Il sera jugé sous peu en correctionnelle au Tribunal de Grande Instance à Créteil (94) et risque une peine de prison pour refus d’embarquement.

Yaya-Roi paie de sa personne les frais d’une politique d’immigration devenue aveugle et hors de tout contrôle.

Nous demandons la relaxe immédiate de Yaya afin qu’il puisse reprendre le cours normal de son existence parmi les siens.

Contacts sur ce dossier :
Jacqueline Dartigues 06 62 02 54 50
Florence Ostier 06 65 35 15 24
Anthony Jahn 06 61 98 45 18


Agissons :Pour le faire savoir aux responsables que Yaya-Roy doit rester ici :
Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00Standard 01 77 72 61 00Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.frDirecteur de cabinet : michel.bart@iminidco.gouv.fr

 

Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

à Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

Publié dans Vu - lu - entendu...

Commenter cet article