Saints et dictons du 1er avril

Publié le par Ma Cocotte

Jour du Poisson d’avril !!!

 

« Au 1er avril, chaque niais trouve le sien. »

 « Premier Avril, faut que pinson boive sur buisson. »

 

Il y a plusieurs théories sur la signification du poisson d’avril.

 

Donc, maints théories, moult explications.

 

En voici quelques-unes.

 

Du temps de l’Antiquité, en Grèce, on fêtait le 1er avril Helarïa, le dieu de l’humour et du rire…

 

Il peut symboliser l’ouverture de la pêche, comme on ne pêche rien à cette époque, on attrape les crédules et les naïfs avec ce poisson puisque du poisson, il n’y en a pas à pêcher. On tourne ainsi en ridicule ceux qui rentrent bredouilles dès l’ouverture de la pêche.

 

Théorie religieuse aussi : les Hébreux renvoyaient d’une personne à une autre ceux dont ils voulaient se moquer. Jésus fut renvoyé d’Hérode à Pilate, de Caïphe à Anne dans les premiers jours d’avril. Dans cette théorie, il faudrait comprendre que poisson est une corruption de « passion », soit « patio » en latin.

 

Celle que je préfère est celle qui explique ainsi la coutume du 1er avril :

 

Avant 1564, l’année commençait le 1er avril. C’était donc le jour des étrennes, ces petits cadeaux que l’on se fait par plaisir, pour bien commencer l’année. On sortait alors du jeûne du Carême, pendant lequel on avait mangé beaucoup de poissons puisqu’on ne pouvait manger de viande. Offrir un poisson comme étrenne était une forme de moquerie. Rappelons qu’en ces temps difficiles, on offrait de la nourriture comme cadeau et que cela était considéré comme tel.

Or, en 1507, Charles IX – enfin, sa maman la régente - abolit le calendrier en cours et en instaure un nouveau (Ordonnance de Charles IX, roi de France, 1564).

 

Comme pour tout changement de cette importance, il y a de la résistance … Oh oui !!! Et certains moins bien informés que les autres mettront plusieurs années pour assimiler ce changement. Ainsi on continue à se faire des petits cadeaux… ou l’on se moque de ceux qui ne « savent » pas. Rappelons que le savoir est bien plus difficile d’accès alors qu’à notre époque.

 

Certains ont fait fi de cette tradition : ainsi Napoléon Bonaparte épousa Marie-Louise d’Autriche un 1er avril. D’aucuns disent qu’ils n’avaient point d’humour… Je crois qu’il n’avait pas cessé d’aimer Joséphine mais qu’il fut contraint de la répudier afin d’avoir un héritier. En épousant Marie-Louise un 1er avril, cela aurait pu être pour lui une façon déguisée de dire à Joséphine : « Tu vois… ce n’est pas pour de vrai… c’est juste une farce à la tête du destin qui nous a séparés. »

 

Quoi ? Romantique moi ???? Jamais !!!!!!!!!!

 

 

 

 

« Avril entrant comme un agneau s’en retourne comme un taureau. »

 


« Au moment où commence avril, l’esprit doit se montrer subtil. »

 

 

Aujourd’hui, c’est le jour de la saint Hugues de Grenoble.

 

« Pluie de Saint Hugues à sainte Sophie (30 avril) remplit granges et fournils. »

 

Hugues de Grenoble (lat. Hugo), saint, évêque de Grenoble (Château-Neuf-d’Isère, 1053 – Grenoble, 1132).

Fils d'un officier, saint Hugues était chanoine de Valence quand le légat du Pape Grégoire VII le nomma au siège épiscopal de Grenoble dans le Dauphiné. A cette époque, une grande partie du clergé de ce diocèse était d'une moralité particulièrement déplorable. Au bout de 2 années, Hugues, découragé, se retira à l'abbaye de la Chaise-Dieu dans le Velay. Il y vécut 15 mois parfaitement heureux, jusqu'au jour où un ordre pontifical lui enjoignit d'aller réoccuper son siège épiscopal. Ce fut lui qui procura à saint Bruno, son ancien professeur de Reims, la solitude inaccessible qu'il cherchait pour y fonder son Ordre. Il l'installa dans la vallée de la Grande Chartreuse d'où il tire son nom. Hugues y séjournait le plus souvent possible. Saint Bruno, qu'il avait pris comme directeur spirituel, eut souvent fort à faire pour l'empêcher de ruiner sa santé à force d'austérités. Il lui interdit notamment de vendre le cheval qui lui servait pour visiter son diocèse, comme il avait vendu, pour aider les pauvres, l'anneau pastoral qu'on lui avait offert et son calice le plus précieux. Saint Hugues prit une part importante au concile de Vienne où fut condamné l'empereur Henri IV, l'habile simulateur de Canossa devant le pape Grégoire VII. (1077).

Représentation : costume prélatice ou de chartreux.

Attributs : vision en rêve de 7 étoiles annonçant l’arrivée de Bruno avec 6 compagnons ; transformation d’oiseaux rôtis en tortues ; don de l’habit à Bruno.

Invoqué : contre les mots de tête.

 

C’est aussi le jour de la saint Valéry.

 

Valéry, saint, abbé, confesseur, ermite (v. 565-619).

Né en Auvergne, il tente la vie monastique à Issoire, puis à Auxerre et rejoint saint Colomban à Luxeuil (où il assistera à l’expulsion de saint colomban par le roi Thierry II) qu’il quittera pour fonder un monastère à Saint-Valéry-sur-Somme. On dit qu’un jour il rencontra un Pendu à son arbre, mort. Il coupe la corde, s’allonge sur lui en priant et l’homme renaît…

Représentation : costume monastique. On le voit ressusciter un pendu.

Attributs : Oiseaux sur les mains et l’épaule.

 

C’est aussi le jour de la saint Riquier.

 

Riquier, saint, abbé, confesseur (. – Abbeville, v. 645). Converti grâce à 2 pèlerins missionnaires irlandais, il fonde le monastère de Centule, dans la région du Ponthieu. Il y reçoit Dagobert. Il adorait la nature et les oiseaux. Centule prendra le nom de Saint-Riquier.

Représentation : habit pontifical.

Attributs : 2 clés à la main, qu’il a reçues de saint Pierre lors d’un séjour à Rome ; un lion étendu à ses pieds..

 

Publié dans Saints - dictons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article